Consultez
le magazine

Lire le Magazine

CHANGEZ n°3

Télécharger le PDF
le média tourné vers votre évolution professionnelle

LES MÉTIERS DU SOCIAL : UN BESOIN IMPORTANT ET DES MISSIONS VARIÉES

Découvrir les métiers

Le secteur social recrute. Le besoin de professionnels au service des populations fragilisées augmente. Découvrez les missions principales des métiers du social, et quelques-uns de ces métiers.

Les missions principales des métiers du social

Les métiers du social n’ont pas tous la même mission principale. Ainsi, cinq catégories apparaissent :

‒ L’aide sociale : accompagnant de service social (ASS), assistant social, conseiller en économie sociale et familiale (CESF)… ;

‒ Les services à la personne : auxiliaire de vie sociale (AVS), technicien de l’intervention sociale et familiale, accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH), assistant maternel, agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM), aide médico-psychologique (AMP)… ;

‒ L’éducation spécialisée auprès d’enfants ou d’adultes en situation de handicap ou en situation de précarité : accompagnant éducatif et social (AES), éducateur spécialisé, moniteur-éducateur, éducateur de jeunes enfants… ;

‒ L’animation et la prévention/gestion des conflits : animateur socioculturel, médiateur familial, agent de prévention et de médiation… ;

‒ L’insertion : conseiller en insertion sociale et professionnelle, conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation…

Les métiers du social demandent un bon sens relationnel, une grande qualité d’écoute. Aimer aider les autres est essentiel.

Focus sur quelques métiers du social

L’auxiliaire de vie sociale (AVS) aide au quotidien des personnes fragilisées à leur domicile : des personnes dépendantes, des personnes ayant un handicap ou des difficultés sociales, ou ayant des difficultés temporaires liées à une maladie. Ce métier est également désigné sous les termes d’aide à domicile, assistant de vie ou auxiliaire familiale. Ce professionnel aide les personnes fragilisées à se lever et se coucher, à la toilette et aux soins d’hygiène. L’auxiliaire de vie sociale prépare également les repas et aide les personnes dépendantes à s’alimenter. Il assure également les travaux ménagers, les démarches administratives, les courses…

Il est présent généralement quelques heures par jour et travaille en coordination avec une équipe pluridisciplinaire. En intervenant au domicile de personnes aidées par leurs enfants, ce professionnel du secteur social peut envisager de devenir assistant de vie aux familles (ADVF).

Le salaire est proche du SMIC. Avec de l’expérience et une formation complémentaire, l’auxiliaire de vie sociale peut ensuite évoluer vers le métier de technicien d’intervention sociale et familiale (TISF) ou d’aide médico-psychologique.

L’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) aide des élèves en situation de handicap pendant la classe, mais également les stages ou sorties scolaires, toujours sous la responsabilité de l’enseignant. Son aide peut être individualisée (accompagnement d’un seul élève nécessitant une attention soutenue et continue), mutualisée (accompagnement de plusieurs élèves en situation de handicap, successivement ou simultanément) ou d’appui à des dispositifs collectifs de scolarisation. Les élèves peuvent êtres des écoliers, des collégiens ou des lycéens. La mission de l’AESH est de favoriser la socialisation de l’élève et son autonomie et de veiller à sa sécurité et son confort. Pendant les activités d’apprentissage, il peut aider l’élève à comprendre et appliquer les consignes, à la prise de notes ou l’expression orale, adapter les supports… Le métier d’AESH demande patience et empathie.

Le recrutement des accompagnants des élèves en situation de handicap s’opère au niveau des académies et rectorats. L’AESH est rémunéré au SMIC. Il peut évoluer, avec une formation complémentaire, vers les métiers de moniteur-éducateur ou éducateur spécialisé.

L’agent de prévention et de médiation (APM) est un acteur social de terrain. Il intervient, dans un espace public ou privé, lorsqu’un conflit menace. Sa mission est de favoriser un climat propice aux échanges, à la coopération. Il travaille souvent en binôme, au contact avec les usagers d’un service public (gare…) ou les clients (centre commercial…). Il doit être en mesure d’anticiper les conflits en identifiant les signes, et gérer les conflits le cas échéant. Il apaise alors la situation en trouvant les bons mots. Si besoin, il doit faire intervenir le service de sécurité compétent. Ce métier nécessite une bonne résistance au stress et une grande maîtrise de soi.

L’agent de prévention et de médiation communique quotidiennement sur son activité à son responsable. Son salaire dépend de l’organisme qui l’emploie. La rémunération d’un débutant est ainsi comprise entre le SMIC et 1 600 € brut par mois.

#Être accompagné

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre recherche d’emploi ?

Contacter un(e) conseiller(ère)

Orient’Action® est un groupe de cabinets spécialisés dans l’accompagnement des évolutions professionnelles et le recrutement

#Recevez la newsletter !