Consultez
le magazine

Lire le Magazine

CHANGEZ n°3

Télécharger le PDF
le média tourné vers votre évolution professionnelle

LE MÉTIER DE PISTEUR SECOURISTE: MISSIONS, FORMATION

Découvrir les métiers

Le métier de pisteur secouriste est généralement saisonnier. 10 % des pisteurs secouristes travaillent néanmoins en tant que salariés à l’année. À la prévention et au secours des skieurs, s’ajoute alors la mission de réfection du domaine skiable hors saison. En quoi consiste le métier de pisteur secouriste ? Comment devenir pisteur secouriste ?

Les missions d’un pisteur secouriste

Le pisteur secouriste protège les usagers du domaine skiable. Il met en place puis vérifie le balisage, la signalisation et l’ensemble des moyens de sécurité. Sa mission de prévention comprend aussi l’information et les conseils auprès des skieurs : itinéraires, conditions météo, règles de sécurité… Pour cela, il patrouille sur les pistes et surveille.

Le pisteur secouriste mène les recherches, à ski ou à motoneige, en cas de disparition. Il secoure les blessés en cas d’accident, chute ou collision. Il transporte ensuite ces blessés en bas des pistes où les ambulanciers prennent le relais. Le pisteur peut aussi participer à une évacuation téléportée.

L’hiver, les journées d’un pisteur secouriste sont longues, car il teste lui-même les pistes le matin avant de les ouvrir puis les ferme le soir, en faisant sortir les retardataires encore présents. Des recherches ou des interventions pour sécuriser une piste peuvent avoir lieu de nuit.

Hors saison hivernale, le pisteur secouriste, s’il est salarié à l’année, participe à la réfection des pistes et leur aménagement (coupe des arbres, entretien du matériel, travaux de terrassement…). Les pisteurs saisonniers travaillent souvent le reste de l’année dans le bâtiment, dans l’hôtellerie ou comme accompagnateur en moyenne montagne.

Formation et qualités requises pour devenir pisteur secouriste

Le métier de pisteur secouriste est accessible avec un brevet national de pisteur secouriste (BNPS) option ski alpin ou ski nordique. La formation de quatre semaines est précédée d’un test de qualification technique en ski alpin ou ski nordique selon la spécialité choisie. Il faut également être majeur et titulaire de l’unité d’enseignement prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1). Le salaire mensuel brut d’un pisteur secouriste débutant est de 1 530 €, auxquels s’ajoutent un repas par jour, la prime d’habillement et les forfaits de ski. Un pisteur confirmé peut gagner jusqu’à 2 300 €.

Sang-froid et bonne résistance physique sont nécessaires pour exercer le métier de pisteur secouriste. Le sens du contact représente également un atout. La pratique d’une langue étrangère est parfois requise, selon le domaine skiable.

#Être accompagné

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre recherche d’emploi ?

Contacter un(e) conseiller(ère)

Orient’Action® est un groupe de cabinets spécialisés dans l’accompagnement des évolutions professionnelles et le recrutement

#Recevez la newsletter !