Consultez
le magazine

Lire le Magazine

CHANGEZ n°3

Télécharger le PDF
le média tourné vers votre évolution professionnelle

Tout ce qu’il faut savoir sur le métier de courtier en assurance

Découvrir les métiers

Un courtier en assurance est chargé de négocier des contrats pour ses clients auprès de compagnies d’assurance. Il sert donc d’intermédiaire. Quelles sont ses différentes missions ? Quelles sont les conditions d’exercice ? Comment devient-on courtier en assurance ?

Quelles sont les différentes missions d’un courtier en assurance ?

La première mission d’un courtier en assurance est de définir, avec chacun de ses clients, les risques  à couvrir par le contrat d’assurance. Les clients peuvent être des particuliers, des professionnels indépendants ou des entreprises.

Puis ce professionnel prospecte auprès des compagnies d’assurance les contrats les plus avantageux. Il peut ainsi négocier ensuite les tarifs et les conditions de garantie avec les sociétés d’assurance en faisant jouer la concurrence.

Le courtier conseille ses clients pour choisir l’assurance la plus adaptée à leurs besoins. Il doit se tenir informé des dernières innovations ou de modifications relatives à la loi. Il connaît parfaitement le marché de l’assurance.

Un courtier en assurance est également amené à accompagner ses clients en cas d’évolution. Il anticipe les changements, en faisant modifier les contrats.

En cas de sinistre, il aide ses clients à constituer une déclaration. Il assiste ensuite à l’expertise. Le courtier défend donc leurs intérêts jusqu’au bout.

Quelles sont les conditions d’exercice ?

Un courtier qui exerce en indépendant est soumis à la réglementation et au contrôle du ministère de l’Économie et des Finances.

Ainsi, pour pouvoir exercer, il doit remplir au moins l’une des trois conditions suivantes :

  • Avoir réalisé un stage professionnel d’une durée minimum de 150 heures ;
  • Ou justifier de deux ans d’expérience comme cadre (quatre ans pour un non cadre) dans une fonction en lien avec la production ou la gestion des contrats d’assurance ou de capitalisation dans une entreprise d’assurance, chez un courtier ou un  agent général d’assurance ;
  • Ou posséder un diplôme, titre ou certificat niveau master, un certificat de qualification professionnelle (CQP), ou un niveau licence avec spécialité de formation.

Il doit également souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle et une garantie financière. L’inscription à l’ORIAS (organisme pour le registre des intermédiaires d’assurance) est également obligatoire.

Un courtier assure, le cas échéant, la gestion financière de son cabinet, le recrutement et la gestion du personnel. Il organise lui-même l’organisation de son travail et de ses salariés. Pour s’adapter à la disponibilité de sa clientèle, il est souvent contraint à des amplitudes horaires assez larges. Les déplacements, à la fois chez les clients et chez les compagnies d’assurance, sont nombreux.

Avant de devenir indépendant ou d’avoir son propre cabinet de courtage, un courtier en assurance commence généralement comme commercial. Il a alors pour rôle de démarcher les clients potentiels pour un cabinet de courtage.

Comment devient-on courtier en assurance ?

Plusieurs diplômes permettent d’accéder à ce métier, du niveau bac+2 à bac+5. Une formation de niveau plus élevé permet d’évoluer plus rapidement. Au niveau bac+2, on trouve notamment : BTS assurance, DEUST banques, organismes financiers et de prévoyance. À un niveau bac +3 : diplôme d’école de commerce, diplômes des instituts des assurances, licence professionnelle assurance, banque, finance : chargé de clientèle… De niveau bac+5 : masters droit des assurances, master management de l’assurance, diplôme d’école spécialisé : manager de l’assurance (ESA).

Pour exercer, toutes les qualités d’un commercial sont requises : sens de la communication, persévérance, sens relationnel, bonne présentation… De plus, le montage administratif des dossiers des assurés nécessite une grande rigueur.
S’il a son propre cabinet de courtage, un courtier doit aussi avoir les qualités d’un bon manager.

#Être accompagné(e)

Vous envisagez une reconversion professionnelle ?

Contacter un(e) conseiller(ère)

Accompagnement finançable à 100% dans le cadre de votre CPF avec 0 euro de reste à charge

#Recevez la newsletter !