changer de vie, bilan pour changer de vie, changer de métier, créer sa boîte, partir vivre à l'étranger, se reconvertir, réaliser une reconversion, faire le job de ses rêves, changer de vie, changer de métier, changer de job, changer
changer de vie, bilan pour changer de vie, changer de métier, créer sa boîte, partir vivre à l'étranger, se reconvertir, réaliser une reconversion, faire le job de ses rêves, changer de vie, changer de métier, changer de job, changer

CHANGER DE VIE, CHANGER DE MÉTIER, CRÉER SA BOÎTE : LES 4 PREMIÈRES RAISONS DE LE FAIRE

« Je suis enseignant-chercheur de formation et, à 28 ans, j’ai décidé de changer de vie. Je venais de terminer ma thèse de doctorat en psychologie. Après dix ans à étudier dans le seul but de devenir maître de conférences, j’ai compris que je n’étais pas fait pour ce métier. J’avais envie d’évoluer dans un autre environnement. Je m’intéressais énormément au monde de l’entreprise, j’aimais le contact humain et surtout, j’avais un grand besoin de liberté. Malgré un chemin tout tracé et une carrière assurée, je savais que je ne m’épanouirais pas dans ce métier.

 

J’ai alors décidé de créer mon entreprise, à savoir un cabinet de conseil en ressources humaines. Durant cinq ans, j’ai travaillé dur pour réussir. Alors que j’avais atteint, à trente-trois ans, mon objectif, j’ai décidé de changer à nouveau de vie pour devenir écrivain, un lointain rêve d’enfant. J’aurais pu continuer dans la même voie, rester dans ma zone de confort, mais j’avais besoin de renouveau, d’évolution, de ne pas me cantonner dans les activités que j’avais appris à maîtriser. J’avais besoin d’aventures et seul le changement pouvait me le procurer.

 

Mon père est resté trente-cinq ans dans la même entreprise. Durant les dix dernières années de sa carrière, je l’ai vu se rendre au travail sans aucune envie. Il est parti heureux à la retraite sans même dire au revoir à de ses collègues. Ma mère, quant à elle, a passé vingt ans dans la fonction publique. Un service où les gens ne s’entendaient pas, un travail répétitif, sans aucunes perspectives de carrière. Il y avait une si mauvaise ambiance dans son service que sa santé en fut affectée. Pourtant elle préféra ne pas changer et y resta toute sa vie. »

 

Ces cas très personnels sont loin d’être isolés. J’ai vu des centaines de personnes assises en face de moi sous la petite lampe de mon cabinet me raconter la même histoire : cela faisait des années qu’elles s’ennuyaient dans leur travail et n’avaient plus aucune motivation. Toutes ou presque avaient des problèmes de santé, le genre de petits troubles sans véritable gravité, mais qui vous empoisonnent la vie au quotidien. Et elles ne changeaient pas : parce qu’il faut payer la maison, les études des enfants, les vacances aux sports d’hiver…

 

Toutes se donnaient une bonne raison !

 

Au début, j’avais envie de leur crier : mais bon sang qu’attendez-vous ? Les voir ainsi enkyster dans leur malheur me révoltait. L’expérience m’a appris que changer n’était pas si facile, que les freins internes et externes étaient nombreux, que plus on attendait et plus cela devenait difficile, et que pour beaucoup, une aide extérieure était indispensable. Ma mission, en tant que docteur en psychologie, était d’élaborer « La méthode » qui permettrait à chacun d’oser le changement et de trouver les ressources pour réussir.

 

Mon histoire personnelle et celle de tous ceux que j‘ai eu la chance de rencontrer ont participé à forger quatre convictions ; quatre convictions sont décisives. Sans elles, on ne peut comprendre ce livre et les idées que j’y développe. En tant que praticien de l’accompagnement au changement, ce sont elles qui fondent ma pratique et donnent sens à mon métier. Elles constituent le message que je souhaite vous adresser en premier ; une réponse sans équivoque à la question : « pourquoi changer de vie ? ».

 

Changer de vie : raison n°1, "nous n’avons qu’une vie !"

….et elle nous appartient. Notre vie n’appartient ni à nos parents, ni à nos enfants, ni à notre conjoint et encore moins à notre boss. C’est seulement à nous qu’il revient de décider de ce que nous souhaitons en faire. Cela signifie, que nous devons parfois être égoïste et penser à nous en priorité.

 

Nous ne devons pas agir par sens du devoir, nous devons agir parce que nous considérons que cela est bon pour nous, que cela répond à l’un de nos besoins ou à l’une de nos priorités, parce que nous avons la conviction que cette action est indispensable à notre bonheur.

 

Changer de vie : raison n°2, "il faut savoir être égoïste !"

Catherine a 49 ans. Elle travaille depuis vingt-cinq ans pour un grand groupe de cosmétiques. Après plusieurs mois de travail intense – Catherine commence vers 9h le matin et finit rarement avant 21h - elle demande à sa responsable un week-end prolongé.

 

Elle voudrait partir au festival d’Avignon. Elle sait qu’elle a besoin de repos, elle sent qu’elle a absolument besoin de repos, de penser à autre chose qu’à ce travail qu’elle déteste ! Mais sa responsable ne le voit pas et refuse pour cause de besoins de service. Les jours suivants, Catherine se sent de plus en plus mal. Elle n’a plus de forces. Ses collègues s’inquiètent. Elle a le teint extrêmement pâle. Son cœur palpite dans sa poitrine, tout tourne autour d’elle, la lumière vacille, elle est dans le bureau de sa responsable et subitement elle fait un malaise. Arrêté en urgence par le médecin du travail, elle restera deux semaines enfermée chez elle.

 

Quelques semaines après, Catherine me raconte cette histoire. A 49 ans, elle vient de prendre conscience qu’elle n’a qu’une seule vie, que ce travail qui l’accable depuis des mois a failli la tuer. Il faut qu’elle change ! Il n’est jamais trop tard !

Changer de vie : raison n°3, "la vie est faite pour être heureux"

Dans la culture judéo-chrétienne, l’existence est synonyme de sacrifice. C’est en surmontant les épreuves et en résistant aux tentations que nous gagnons notre place au paradis. Je n’adhère pas du tout à cette vision. De mon point de vue, la vie est faite pour être heureux, pour prendre du plaisir, pour s’épanouir dans le respect de soi-même et des autres. Cela signifie penser à son propre bonheur et à le rechercher. Cela signifie refuser la souffrance. Cela veut dire revendiquer le droit au bien-être, à l’équilibre et à l’harmonie tant dans sa vie professionnelle que personnelle.

 

Changer de vie : raison n°4, "ne sacrifiez pas votre vie"

Christine a 43 ans. Elle a été chef d’entreprise pendant près de vingt ans avant de fermer boutique à cause d’un burn out (encore un !). Aujourd’hui, elle est salariée dans une fédération professionnelle mais souhaite reprendre ses activités d’entrepreneur.

 

L’entreprise, c’est sa vie !!! Elle aime manager, gérer, développer !!! Elle s’ennuie dans ce poste administratif. Promis, cette fois on ne l’y reprendra plus : elle fera attention, à ne pas trop travailler, à ne pas toujours faire passer les autres avant elle. Car c’est ce qu’elle a toujours fait. Pour son mari d’abord, puis pour son compagnon.

 

Pour lui elle a accepté de vivre à la campagne, de s’occuper de sa fille alors qu’elle n’a jamais voulu d’enfant ; pour ses parents qui lui ont légué l’entreprise quand elle n’avait que vingt-deux ans

; pour les autres. Christine a un souci : elle ne pense pas assez à elle ! Je lui fais prendre conscience que c’est elle la priorité, que c’est son bonheur qui compte. Elle intègre cette idée ! Elle le sait en fait au fond d’elle-même et arrive enfin à entrevoir une possibilité de changement personnel.

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

EN SAVOIR PLUS SUR NOS PRESTATIONS POUR "CHANGER DE VIE" :

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.