Consultez
le magazine

Lire le Magazine

CHANGEZ n°3

Télécharger le PDF
le média tourné vers votre évolution professionnelle

TRAVAILLER À LA RETRAITE : POURQUOI ET COMMENT ?

Connaître mes droits

Afin d’améliorer votre pouvoir d’achat une fois à la retraite, vous pouvez travailler et bénéficier du dispositif cumul emploi-retraite (CER). De quoi s’agit-il ? Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Le dispositif de cumul emploi-retraite

Il arrive que le montant de la retraite ne soit pas suffisant pour mener la vie souhaitée. C’est une des raisons majeures pour reprendre une activité à la retraite. Le dispositif de cumul emploi-retraite autorise à cumuler une pension de vieillesse et un revenu d’activité professionnelle, salariée ou non, en France ou à l’étranger.

Les bénéficiaires de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) sont également autorisés à cumuler cette allocation avec un revenu d’activité, avec une limite pour le montant maximal cumulé : 30 % du Smic brut pour une personne seule et 50 % pour une personne vivant en couple.

Les bénéficiaires d’un départ anticipé à la retraite (en raison d’une carrière longue, de la pénibilité, d’un handicap, d’une invalidité ou de l’exposition à l’amiante) n’ont par contre pas accès au dispositif cumul emploi-retraite.

Durant le mois suivant une reprise d’activité, même partielle, vous devez communiquer à votre caisse de retraite de base (au maximum dans le mois suivant la reprise d’une activité) le nom et l’adresse de votre employeur, la date de début d’activité, le montant de votre salaire, la nature de l’activité, le régime d’affiliation correspondant, et joindre les pièces justificatives. Vous pouvez reprendre une activité sans délai chez un nouvel employeur, ou retourner chez votre ancien employeur après un délai de six mois. Avant ce délai, le paiement de votre retraite sera suspendu.

Cumul emploi-retraite partiel ou intégral, les conditions

Des restrictions concernant le montant cumulé de la retraite (de base et complémentaire) et du revenu d’activité existent si le retraité ne dispose pas d’une pension à taux plein. Le cumul emploi-retraite est dit partiel ou plafonné dans ce cas (par opposition au cumul intégral). Le montant du plafond dépend de l’ancien statut professionnel du retraité :

‒ Pour les anciens salariés : 100 % du dernier salaire ou, si c’est plus avantageux, 1,6 fois le Smic brut ;

‒ Pour les anciens fonctionnaires : le tiers du montant annuel brut de la pension majoré de 7 046, 01 € (en 2020) ;

‒ Pour les professions libérales : 100 % du PASS (plafond annuel de la Sécurité sociale), soit 41 136 € en 2020 ;

‒ Pour les anciens travailleurs indépendants (commerçants, artisans, chefs d’entreprise) : 50 % du PASS, 100 % si l’activité est exercée dans une zone urbaine prioritaire ou dans une zone de revitalisation rurale.

Les revenus d’auteur et d’artiste ne sont pas pris en compte. En cas de dépassement, la pension sera réduite, de façon à respecter le plafond.

En revanche, le cumul emploi-retraite sera intégral si vous disposez d’une pension à taux plein. Pour cela, vous devez avoir 67 ans si vous êtes né à partir de 1955, ou 62 ans si vous avez la durée d’assurance nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein.

Par ailleurs, il n’est plus possible de vous créer de nouveaux droits à la retraite dans le cadre d’un cumul emploi-retraite. En travaillant de nouveau, vous allez cotiser de nouveau, mais cela ne vous permettra pas de percevoir des pensions en plus.

#Être accompagné

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre recherche d’emploi ?

Contacter un(e) conseiller(ère)

Orient’Action® est un groupe de cabinets spécialisés dans l’accompagnement des évolutions professionnelles et le recrutement

#Recevez la newsletter !